Examen périodique

Imprimer

L’examen périodique vise à vérifier la prise en compte des critères de désignation et de fonctionnement du Cadre statutaire du Réseau mondial par les Réserves de biosphère. Il est réalisé tous les 10 ans.
Un bilan des actions est réalisé, les progrès accomplis et les difficultés rencontrées. C’est également le moment de remobiliser
localement les acteurs, de renouveler le projet du territoire en fonction des nouveaux  enjeux. Le zonage et les structures support de la Réserve de biosphère sont évaluées : structure de coordination, comité de gestion, conseil scientifique et éducation.
L’examen périodique peut déboucher sur l’intégration de nouvelles zones avec  de nouveaux acteurs de la Réserve de biosphère : il s’apparente alors à un processus de création.
Dans les Réserves de biosphère transfrontières, il est mené de façon coordonnée dans les pays concernés et s’appuie sur des recommandations adoptées à Pampelune (Unesco 2000). Le projet de coopération (le zonage, le mécanisme et le projet de coopération) fait l’objet d’une évaluation et d’un renouvellement.
Le processus d’examen périodique est mené par les Réserves de biosphère, avec un accompagnement du MAB France.

Voire aussi : Paroles d'acteurs réalisé à l'occasion des 40 ans du programme 

Plus d'informations

L’extension de la Réserve de biosphère de Camargue

La réserve de biosphère de Camargue couvre désormais le Delta du Rhône - Crédit:E.Vialet La Réserve naturelle nationale de Camargue avait été désignée « Réserve de biosphère » par l’UNESCO en 1977. L’examen périodique mené en 1998 a confirmé qu’elle ne répondait plus aux critères du cadre statutaire du réseau mondial de Réserves de biosphère approuvé par l’Unesco en 1995. Le comité français du MAB, s’appuyant sur les recommandations de l’Unesco, a proposé aux acteurs locaux de procéder soit à une extension de la Réserve de biosphère à l’ensemble du delta du Rhône, soit à la suppression de sa désignation.

Lors d'un débat élargi à l'ensemble des acteurs économiques, institutionnels et politiques du delta, un consensus s’est dégagé en faveur d’une organisation locale pour garder cette désignation internationale pour la Camargue. Un groupe de travail composé des principaux acteurs de Camargue, avec un accompagnement du MAB France, a co-construit un dossier pour une nouvelle Réserve de biosphère à l’échelle du delta, conforme aux critères de l’Unesco. Ce dossier précise les actions prioritaires à mener selon 4 principaux enjeux identifiés :
 

  • intégrer l’agriculture, l’élevage et la gestion de l’eau ;
  • organiser le tourisme et les loisirs ;
  • gérer l’interface entre zone industrielle et zone naturelle ;
  • maitriser la dynamique du foncier.
     

Une coordination bicéphale a été mise en place entre le Parc naturel régional et le Syndicat mixte de la Camargue Gardoise pour faciliter une réflexion commune sur l'ensemble du territoire. Un conseil scientifique spécifique à la Réserve de biosphère a été créé, en intégrant les chercheurs les plus impliqués sur la compréhension des interactions homme-nature.
Lancé en 2004, le projet a été validé en 2006 par le Conseil international de coordination du programme MAB.
 

Plus d’informations :

L’examen périodique d’une Réserve de biosphère transfrontière : Vosges du Nord - Pfälzerwald

Les ruisseaux transfrontaliers nécessitent une gestion coordonnée - Crédit:SYCOPARCCette Réserve désignée en 1998 a été le premier des sites transfrontaliers à se livrer à un examen  périodique. Il a été mené conjointement par les équipes locales françaises et allemandes, et les deux comités MAB.
Cette révision s’intéresse à la coopération et à l’intégration des politiques et actions au niveau transnational.
Le bilan réalisé  porte sur la conservation de la biodiversité (de la forêt avec par exemple la création d‘une réserve intégrale, des ruisseaux, du lynx…), sur les recherches (l’édition d’annales scientifiques franco-allemandes), l’éducation, le développement économique (notamment avec les marchés paysans transfrontaliers…).

En découle l’identification de domaines de coopération à développer et une analyse du fonctionnement : la coordination des actions a besoin d’être renforcée et un dispositif de gestion plus efficace, doté de financements réguliers, devra être établi. Le zonage de la Réserve de biosphère devra également évoluer avec, notamment, des aires centrales plus étendues côté français. L’implication des habitants sera également un objectif important des années à venir. Un nouvel accord de coopération est à l’étude.
 

Plus d’informations :

L’extension de la réserve de biosphère Luberon-Lure

La Réserve de biosphère du Luberon inclut désormais la montagne de LureAprès avoir organisé une vaste participation lors de la révision de sa charte, le Parc naturel régional du Luberon a mis en œuvre une démarche similaire pour la préparation du dossier d'examen périodique de la Réserve de biosphère en 2009.
Avec l'appui du comité MAB France, une série de 6 ateliers visant à une construction collective du projet a été organisée afin que les principaux acteurs du territoire identifient ensemble ses potentialités de développement et déterminent les actions prioritaires à mener. Ce travail a débouché sur une liste d'activités prépondérantes sur le territoire et la localisation des secteurs géographiques concernés. Le niveau de connaissances disponibles, scientifique ou empirique, a été évalué.

Les ateliers ont permis d’identifier les principaux enjeux en fonction des potentialités écologiques et humaines : vivre et travailler dans la RB ; développer l’écocitoyenneté participative et militante ; favoriser une agriculture locale soucieuse de l’environnement ; préserver les zones agricoles et naturelles de la pression urbaine ; maintenir la diversité des milieux naturels.
Ces enjeux étant clairement territorialisés, le collectif a ensuite identifié sur une carte, sans aucune limite préalable fixée, les zones prioritaires d’intervention, en termes de conservation comme de développement, suivant la logique de zonage propre aux RB. L’extension de la Réserve à la montagne de Lure a été demandée par les élus de cette zone.

Plus d’informations :