Dans cette page

Les Réserves de biosphère ont vocation à accueillir et offrir des supports pour des recherches portant sur les interdépendances sociales et les contributions de la nature au bien être des humains, et plus largement, sur les sciences de la durabilité. 

Comment le dialogue entre les chercheurs et les acteurs des territoires peut contribuer à leur soutenabilité, comment limiter le décalage entre les connaissances scientifiques et les thèmes en lien avec la gestion des territoires et de leurs ressources ? Comment co-construire des projets entre chercheurs et gestionnaires ? Le réseau des Réserves de biosphère françaises explore ces sujets.

Le groupe Recherche des Réserves de biosphère

Le groupe de travail sur la recherche dans les Réserves de biosphère donne lieu à des réflexions thématiques et à des ateliers, impliquant des chercheurs, des gestionnaires et des acteurs. Il favorise le recensement de problématiques partagées par plusieurs Réserves de biosphère, permet la sensibilisation à différents sujets en lien avec la durabilité (écologie territoriale, transition agroécologique, services écosystémiques…), offre un cadre pour le développement de projets de recherche co-construits, aide à la traduction des attentes des gestionnaires pour leurs territoires en questions de recherches . C'est aussi un lieu de réflexion sur le rôle des conseils scientifiques. Il peut faciliter une réponse commune à des appels à propositions de recherches, et fait connaître aux partenaires institutionnels les Réserves de biosphère comme terrains d'expérimentation.

La recherche sur ces territoires rassemble trois caractéristiques originales qui en font un cadre idéal pour comprendre et faire évoluer les problématiques liées au développement durable : il s’agit d’une recherche territorialisée, pouvant impliquer des acteurs locaux, qui met en œuvre l’interdisciplinarité si difficile et pourtant nécessaire. 

Le programme cadre pour la recherche dans la RBT* des Vosges du Nord-Pfälzerwald

Le programme cadre pour la recherche (PCR) est issu d’une démarche participative menée en 2004 et 2005 pour construire une politique de recherche pour la Réserve de biosphère transfrontière des Vosges du Nord-Pfälzerwald, et pour que les collaborations entre chercheurs, gestionnaires et acteurs du territoire soient cohérentes, fructueuses et à l’écoute du territoire. L’équipe de la Réserve de biosphère, des gestionnaires (ONF) et administratifs, le MAB France et les chercheurs du conseil scientifique ont été impliqués dans cette démarche. Elle s'est déroulée sous forme d’entretiens individuels suivis de séances collectives, menés avec l'appui d'animateurs.

Les orientations de gestion pour les Vosges du Nord étant définies par la charte du Parc naturel régional, il était important que des recherches planifiées, s’inscrivant dans une logique de long terme, éclairent ces orientations de gestion. Il fallait éviter qu'elles relèvent des logiques individuelles des scientifiques. Cette démarche d'animation a abouti à une formulation collective des enjeux de recherche. La rédaction du programme cadre pour la recherche est un acte de transparence de la Réserve de biosphère. En effet, il permet d’expliquer aux habitants, aux élus, aux financeurs et aux différents gestionnaires du territoire, en quoi la recherche est fondamentale pour répondre aux enjeux du territoire, tels qu’ils ont été définis dans la charte du Parc support de la Réserve de biosphère.

Ce PCR, fruit d’une réflexion collégiale conduite dans la durée, est un document d’orientation. Les axes de recherche prioritaires qu’il présente ont fait l’objet d’une mobilisation particulière de la structure depuis près de 10 ans : environ 30000 € ont été accordés chaque année aux projets. Alors que le Parc renouvelle sa charte, le PCR sera évalué, puis actualisé ou renouvelé.
Lire le PCR

* Réserve de biosphère transfrontière

Projet de Science territoriale de la Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne

Le bassin de la Dordogne a généré des travaux de recherche dans diverses disciplines et sur des sujets variés : histoires générales de la région, histoires des transports et de l’industrie, études anthropologiques, légendes populaires, études des poissons migrateurs, hydroélectricité, dynamique fluviale, gouvernance de l’eau, agriculture…. Le territoire bénéficie donc d’atouts particuliers qui ont permis à ces travaux de se développer. 

Pour renforcer la vocation du bassin versant en tant que territoire de recherche, identifier les thèmes stratégiques pour l’avenir, dynamiser les actions de recherche, organiser son action et ses futures contributions, l'établissement EPIDOR (coordinateur de la Réserve de biosphère) développe des échanges et des collaborations avec le monde scientifique y compris les personnes et associations qui produisent les savoirs vernaculaires et profanes. C’est avec l’idée de favoriser le développement de connaissances utiles aux objectifs de la Réserve de biosphère qu’EPIDOR est à l’initiative du projet intitulé « science territoriale dans le bassin de la Dordogne ». Développé et mené au sein du laboratoire GEOLAB (Université de Limoges), il repose sur l’idée que les caractéristiques d’un secteur géographique influencent les connaissances qui y sont produites. Il vise à confirmer qu’il existe bien une science territoriale dans le bassin de la Dordogne ainsi qu’à étudier le rôle des savoirs (académiques, professionnels, citoyens) dans la gestion d’un territoire de l’eau.

Ce travail scientifique devrait permettre également de réaliser, à travers le prisme de la science territoriale, un état des lieux de la Recherche produite sur le bassin de la Dordogne au cours de ces 30 dernières années sur les thèmes spécifiques de la ressource en eau et des milieux aquatiques. A partir du diagnostic scientifique et des résultats du travail de recherche mené par GEOLAB, EPIDOR envisage d’animer une démarche de concertation avec l’ensemble des acteurs du bassin de la Dordogne (scientifiques universitaires et « amateurs », institutions, élus, acteurs socioprofessionnels…) et les principaux partenaires extérieurs de la Réserve de biosphère (AFB, MAB-France, Agence de l’eau…) afin de définir et de proposer un cadre pour la Recherche scientifique dans la Réserve de biosphère.