Charte d'engagement des éco-acteurs

Imprimer

La signature d'une Charte d'engagement est proposée à des entreprises ou des associations qui, se reconnaissant dans les valeurs de l’Unesco, souhaitent être acteurs d'un avenir plus durable pour leur Réserve de biosphère. Elles prennent des engagements concrets et mesurables en matière de biodiversité, d’environnement et de développement durable, dans le cadre une démarche de progrès. Elles deviennent alors Eco-acteurs de la Réserve de biosphère. Celle-ci contribue ainsi au développement économique et social du territoire.

Comment constituer un réseau d'acteurs

Tous les aspects de la démarche pour mettre en place une charte d'engagement et créer des réseaux d'éco-acteurs sont présentés dans ce I-Blio

La Charte s’appuie sur les principes de la Stratégie de Séville et sur les enjeux et attentes du territoire. On devient éco-acteur en signant la Charte d’engagement de « sa » Réserve de biosphère. Cela implique d'en partager les principes et de s’engager dans une démarche de progrès. Chaque signataire détermine, dans sa propre activité, des engagements qui correspondent aux marges de progrès à accomplir. Tous types d'activités sont concernés par la Charte d'engagement.

Quel bilan? quelles attentes?

Le Ventoux, la Camargue et Fontainebleau-Gâtinais sont les trois premières Réserves de biosphère françaises à avoir élaboré une Charte d’engagement. Elles sont fondées sur des principes communs à toutes les Réserves de biosphère, et adaptées à leurs propres enjeux. Ces Chartes sont destinées à tout acteur socio-économique, association ou entreprise désireux de s’orienter vers un développement plus respectueux de la nature et de l’Homme. En Camargue et au Mont-Ventoux, ces réseaux d’« Ecoacteurs » locaux participent à la transition écologique du territoire. Pour la Réserve de Fontainebleau-Gâtinais, l’initiative appelée « Biosphère Ecotourisme » concerne plus particulièrement les acteurs du tourisme local. Cette démarche répond à une forte demande des acteurs socio-économiques de prendre davantage part à la vie des Réserves de biosphère.

Trois ans après le lancement de ces chartes, Anne-Elise Lenne ( master Université Paris 1) est allée à la rencontre des signataires de ces chartes par pour recueillir leur expérience et leurs attentes.

Lire les enquêtes en cliquant sur les images