Présentation

Imprimer

Au cœur de l'arc antillais, la Réserve de biosphère de l’archipel de Guadeloupe englobe la Basse Terre et presque intégralement la Grande Terre. La Basse Terre abrite le massif montagneux volcanique de la Soufrière, entouré d’une forêt tropicale humide à la biodiversité élevée.
Le  bras de mer de la Rivière salée la sépare de la Grande Terre, formation calcaire de faible altitude. Au nord, entre les deux îles, la baie du Grand-Cul-de-Sac Marin recèle des mangroves, des forêts marécageuses d'eau douce, des prairies humides. Ses parties marines sont constituées d'herbiers et de récifs coralliens. Les parties marines de la Réserve de biosphère  sont peuplées par de nombreuses espèces dont des cétacés. Quelques ilets (Pigeons, Fajou, Kahouanne, Tête à l'Anglais etc.) en font également partie.
 

La richesse du patrimoine culturel s'illustre à travers les coutumes et savoir-faire locaux mais aussi par des spécificités artistiques marquées. Cette richesse est imprégnée des évènements forts de l'histoire de la Guadeloupe comme la présence des civilisations amérindiennes  ou l'époque de l'esclavage.

Structure de coordination : le Parc National de la Guadeloupe

Le Parc National de la Guadeloupe, structure de coordination de la Réserve de biosphère de l’archipel de Guadeloupe, partage avec celle-ci un même territoire et une gestion commune, visant à exploiter les objectifs complémentaires des deux réseaux.

Nombre de communes21
Nombre d'habitants301038
Superficie    247 968 ha
RégionsGuadeloupe
DépartementsGuadeloupe (971)
Date de création1992, renouvellement en 2014

Territoire

Imprimer
carte du territoire

Avec une densité moyenne supérieure à 200 habitants par km2, la Réserve de biosphère de l'archipel de Guadeloupe présente une forte population à proximité des grands espaces naturels.

Fréquentées par les randonneurs, les forêts tropicales de Basse-Terre abritent une très grande diversité d’espèces d’arbres et arbustes, de fourrés arbustifs d'altitude, de «savanes et tourbières » altimontaines. En plus des pressions touristiques, la forêt qui dominait le territoire  initialement a fait l'objet de pressions agricoles et urbaines. Par la reconnaissance de ces espaces protégés riches d'une grande biodiversité, le Parc national de la Guadeloupe, créé en 1989, et la Réserve de biosphère, depuis 1992, mettent en place des actions permettant  une fréquentation  respectueuse des richesses et de la fragilité de ces espaces.

Le littoral du Grand-Cul-de-Sac Marin et les ilets protégés sont très prisés par les touristes et la population qui y pratique de nombreuses activités, nautiques notamment. Tout comme les espaces forestiers, les côtes n'ont pas été épargnées par la forte pression anthropique engendrant une urbanisation du milieu et une fragmentation du littoral. Le changement climatique joue également un rôle dans la dégradation et l'érosion de ce milieu.

L'enjeu de l'aménagement du territoire est de concilier la protection de ces nombreux espaces protégés avec  le développement social, économique et culturel de l'île.
La Réserve de biosphère et le Parc national de la Guadeloupe œuvrent avec de nombreux acteurs, les collectivités, le Conservatoire du littoral ou l'Office national des forêts, afin de mettre en place des actions répondant à cet enjeu.

Actions  

Imprimer

Le concours MaB

Ce concours de productions audiovisuelles est proposé aux collégiens et lycéens, et s'insère dans les opérations de la « Semaine de la presse à l'école ». Chaque année, les élèves proposent un film de quelques minutes présentant la Réserve de biosphère de l'archipel Guadeloupe autour d'un thème annuel du développement durable. Ces productions sont ensuite diffusées sur les chaînes télévisées et lors du festival du film de l’environnement et du développement durable de Guadeloupe : Le Terra Festival.

La réhabilitation écologique du littoral

A la demande des communes, le Parc national et la Réserve de biosphère  ont initié une  démarche de réhabilitation du littoral en partenariat avec de nombreux acteurs publics ou privés et la participation active de la population. Depuis le début de l'année 2010, cette démarche a démarré sur huit sites. Ces opérations prévoient plusieurs étapes : l'éradication des  décharges sauvages, suivies d'actions de reconstitutions d'écosystèmes . Ces actions concernent des  plantations d'arbres  et dans certains cas, la réappropriation de ces sites par les riverains, avec des aménagements de proximité ou encore la mise en place de jardins créoles. Sur ces sites, des comités de gestion ad hoc seront mis en place afin de maintenir la vocation nouvelle de ces sites une fois réhabilités.

Le Land art

Cet art contemporain qui consiste à utiliser des éléments de la nature pour créer des œuvres éphémères, renforce le lien entre homme et nature. Des ateliers sont proposés aux scolaires par l'association « Atelier du Soleil ».
 

Diaporama

Imprimer

Chargement légende

Appropriation artistique des espaces naturels_Parc national de Guadeloupe La savane aux ananas_Parc national de Guadeloupe Le Grand Cul de Sac Marin_Anne ChopinLe massif montagneux de la Basse-Terre_Fabien SallesObservation des baleines, activité touristique_Parc national de Guadeloupe Une implication écocitoyenne pour résorber les points noirs et réhabiliter le littoral_Parc national de Guadeloupe
Une implication écocitoyenne pour résorber les points noirs et réhabiliter le littoral_Parc national de Guadeloupe une agriculture respectueuse de l'environnement_Parc national de Guadeloupe