Actualité

18 Mai 2017

Retour sur EuroMab 2017 : Leila Kadik, Algérie

Le congrès EuroMab a été une réussite sur tous les plans. Saluons en premier lieu l’organisation exemplaire réalisée par une équipe dynamique et conviviale.

Les thématiques des conférences ont été particulièrement riches d’informations sur les Réserves de biosphère et leurs intérêts quant à la sauvegarde de la biodiversité dans le monde en vue d’un développement durable pour les générations futures. Elles ont ciblé des problématiques qui devraient répondre à l’attente de l’humanité.

L’invitation à ce congrès des pays membres de la Méditerranée méridionale a permis de remarquer encore une fois que les pressions humaines et climatiques sont alarmantes dans cette région. L’expérience française est un modèle intéressant pour les autres Réserves de la biosphère en matière de lutte contre l’érosion de la biodiversité. L’Agence française pour la biodiversité est une référence institutionnelle au service d’un nouveau modèle de développement riche d’une biodiversité mieux connue, mieux préservée et mieux valorisée.

Les ateliers ont permis aux participants de partager leurs expériences. Les recommandations qui ont suivi mériteraient d’être appliquées.

Notre participation à l’atelier sur les partenariats entre Réserves de biosphère méditerranéennes a suscité notre intérêt en raison de la position géographique de notre pays, menacé par les changements globaux. Il est utile pour renforcer les liens et le partage entre les deux rives, de développer un partenariat solide pour répondre au développement durable de cette région « hot spot ».

Après une première partie consacrée aux présentations, l’atelier s’est changé en « marché de la coopération » : comment faciliter cette coopération ? Quels seraient l’apport et l’attente de chaque pays ? Cette méthode participative a permis la signature de plusieurs conventions entre les pays participants, notamment entre pays du nord et du sud de la Méditerranée, ces derniers étant plus menacés par les changements globaux, le climat mais aussi par les actions de l’homme.

Il était urgent de consolider les liens entre nos pays.

Une vraie réussite !

 

Professeur Leila KADIK, Algérie.
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene