Réserves de biosphère transfrontières

Imprimer

Les Réserves de biosphère transfrontières ont été établies pour reconnaître et renforcer une gestion coordonnée de socio écosystèmes partagés par des frontières : ruptures politiques, organisationnelles, linguistiques, culturelles, obstacles à la gestion d’écosystèmes partagés et au développement des populations. Elles favorisent une gestion coordonnée de ces écosystèmes, souvent également le lieu d’une histoire et d’une culture commune. 
Une Réserve de biosphère transfrontière est avant tout une coopération entre Réserves de biosphère établies. L’Unesco la désigne formellement Réserve de biosphère transfrontière si certaines conditions sont remplies : un accord politique entre les états concernés, un zonage commun qui favorise la spatialisation des enjeux de conservation et de développement, l’identification des partenaires locaux et nationaux et l’établissement d’un mécanisme de gouvernance.
Un atout de la Réserve de biosphère transfrontière est qu’elle constitue un cadre de travail souple et adaptatif.

La France compte deux Réserves de biosphère transfrontières : Vosges du Nord - Pfälzerwald  avec l'Allemagne, Mont Viso avec l'Italie. Elles sont au nombre de 20 dans le monde (2017)

Réserves de biosphère transfrontières 

Du 2 au 5 juin 2015, 58 participants venus de 13 pays se sont réunis à Goersdorf, dans la Réserve de biosphère transfrontière des Vosges du Nord-Pfälzerwald, pour participer à cet atelier co-organisé par les comités nationaux MAB français et allemand.
Promouvoir et encourager la création, la gestion et la reconnaissance des Réserves de biosphère transfrontières, renforcer les Réserves de biosphère existantes et aider celles en  projet en définissant les moyens de conforter la gouvernance, les mécanismes institutionnels et les budgets, étaient les principaux objectifs de cette réunion.
Organisé en 4 quatre sessions successives, les participants ont pu échanger et faire des propositions sur les forces et valeurs des Réserves de biosphère transfrontières, l’animation et la gestion, les échanges de  bonnes pratiques  et les questions de communication.
 

Plus d’informations :