Coupe des arbres en forêt

Imprimer

Le choix des arbres à couper lors de l’exploitation forestière est une étape essentielle de la gestion. Cette opération, appelée martelage, donne lieu à des formations lorsqu’elle est pratiquée sur une parcelle spécifiquement aménagée, le “marteloscope”. Voire la fiche de présentation

Le marteloscope permet de simuler les conséquences des choix de coupe sur la productivité de la parcelle. Sur un hectare de forêt, chaque arbre est numéroté et décrit. La parcelle est parcourue par des binômes de « marteleurs » qui notent quels arbres couper et les raisons de leur choix. Ces informations sont ensuite saisies et analysées sur une plateforme informatique. Les conséquences économiques et écologiques des décisions de récolte sont visualisées

Le Groupe forêt du MAB a initié des études visant à élargir son utilisation afin :

  • de  prendre en compte d’autres objectifs que la production de bois d’œuvre dans la gestion, notamment ceux de la forêt méditerranéenne : prévention des incendies, conservation de la biodiversité, production de bois de chauffage, pâturage, chasse…
     
  • de sensibiliser des publics non forestiers dans un objectif de dialogue et de concertation plus ouverte. Le marteloscope, utilisé lors de journées de formation, permet de réunir divers acteurs concernés par  la forêt (élus, associations, étudiants…) pour échanger autour des pratiques de gestion.

Création d'un support pédagogique

Echanges pendant une session de formation sur un martelescope. Crédit : SycoparcUn support pédagogique a été développé pour une  utilisation des marteloscopes par des élus, des personnels de parcs nationaux et régionaux, des publics de l’enseignement supérieur et technologique agricole, des représentants d'associations ou d'autres acteurs des territoires. Il fournit des indications et des supports didactiques, sans termes techniques, de façon simple et attractive, dans un souci de compréhension de tous les interlocuteurs.

Le nombre de thématiques est élargi : production forestière, biodiversité, accueil de la grande faune, sécurité du public, stockage du carbone…

Les marteloscopes de la Réserve de biosphère des Vosges du Nord

Martelage. Crédit : SycoparcActuellement, cinq marteloscopes sont en place dans les Vosges du Nord : quatre en forêt domaniale, gérés par l’ONF et AgroParisTech Nancy, et un dans une forêt privée, géré par Pro Silva ; ils sont tous situés en futaie (deux en hêtraie, deux en pineraie avec sous-étage de feuillu, un en chênaie).

Ils servent à la sensibilisation aux enjeux de la gestion forestière des élus et usagers, à leur formation et celle des forestiers pour une sylviculture tenant compte de la présence d’arbres ayant une qualité biologique particulière. L’un de ces marteloscopes est situé dans une Zone de Protection Spéciale reconnue par l’Union européenne et permet un suivi de la gestion en fonction des orientations du document d’objectifs.

Plus d'informations :

Le marteloscope de la Réserve de biosphère Luberon - Lure

Forêt du Luberon-Lure. Crédit : Michel EtienneSitué dans la forêt communale de Ménerbes (Petit Luberon), ce marteloscope a été pensé pour accueillir des publics diversifiés et un grand nombre de formations, dans un peuplement méditerranéen mixte de chênes et de pins. Il est polyvalent et les sessions peuvent être réalisées sur un ou plusieurs thèmes :

 

Production forestière : équilibre pin d’Alep/chêne banc/chêne vert, présence du cèdre

Biodiversité : valeur écologique de chaque arbre et du peuplement

Sylvopastoralisme : valeur pastorale, possibilité de travaux de débroussaillement à objectif de production d’herbe, de défense forestière contre l’incendie ou de pastoralisme

Défense des forêts contre l’incendie : « autoprotection » du peuplement

Plus d'informations :  La présentation