Présentation

Imprimer

En 1997, le Parc naturel régional du Luberon, créé en 1977, a été intégré au réseau des Réserves de biosphère. Il est limité au sud et à l’est par la vallée de la Durance, l’un des cours d’eau les plus importants au sud-est du Rhône, qui ménage des zones humides de très grand intérêt. Ce territoire est composé de plaines et de collines méditerranéennes irriguées par plusieurs cours d’eau au régime torrentiel irrégulier (Calavon, Largue, Lauzon notamment). Les chaînons montagneux de Provence d’orientation est-ouest que sont le massif du Luberon (1 125 m) et les Monts de Vaucluse (1 256 m) le dominent et reçoivent des influences alpines sensibles.

Habité  depuis très longtemps, cet espace est connu pour l’intérêt de son patrimoine biologique et géologique. L’histoire humaine y est particulièrement riche et a laissé de nombreuses traces : un patrimoine bâti de grande qualité (villages, châteaux et édifices religieux, patrimoine industriel, patrimoine vernaculaire, etc.), mais aussi des pratiques et des savoir-faire encore vivants, en particulier en relation avec une agriculture variée (viticulture, arboriculture, céréaliculture, maraîchage, plantes à parfum, élevage, notamment ovin).

Depuis plusieurs années, des relations se sont développées entre les acteurs de ce territoire et ceux, au nord-est, du versant sud de la Montagne de Lure (1 826 m), espace en continuité présentant bien des caractéristiques communes et en particulier un fort intérêt biologique et culturel. En 2009, à l’occasion de l’examen périodique de la Réserve de biosphère du Luberon, il est apparu que les collaborations pouvaient s'amplifier et se diversifier dans le cadre d’une Réserve de biosphère élargie, démarche qui a été approuvée par l’UNESCO en juin 2010.

Structure de coordination : le Parc naturel régional du Luberon

La Réserve de biosphère comprend le territoire du Parc naturel régional du Luberon ainsi que les communes des cantons de Banon et Saint-Etienne-les Orgues (versant sud de la Montagne de Lure), représentées par leurs intercommunalités, plus le lit de la Durance en rive gauche, espace géré par le Syndicat mixte d’aménagement de la vallée de la Durance (SMAVD).
Un « comité opérationnel » est en cours de mise en place, il devra assurer la coordination entre ces différentes entités territoriales et les acteurs du territoire.

Nombre de communes90
Nombre d'habitants175 000
Superficie    230 000 ha
RégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur
DépartementsAlpes de Haute-Provence (04), Bouches-du-Rhône (13), Var (83), Vaucluse (84)
Date de création1997, extension à la montagne de Lure en 2010

Territoire

Imprimer
carte du territoire

Des portes de la Basse-Provence méditerranéenne aux confins des Préalpes, ce vaste ensemble compose des paysages très variés dont la qualité génère une fréquentation touristique importante. Parmi les ressources essentielles, figurent les sols agricoles, et les paysages. La question de la préservation des terres, et donc de la maîtrise de l’extension urbaine apparaît comme l’une des priorités face à des dynamiques d’augmentation du prix du foncier, d’urbanisation des terres agricoles, d’augmentation de la population et d’extension des zones urbaines.

La nécessité d’ouvrir de nouvelles perspectives à l’agriculture locale, alors que se développe une prise de conscience collective des menaces qui pèsent sur les écosystèmes, impose que soit favorisée une agriculture locale soucieuse de l’environnement.

Le principal risque est la banalisation des milieux et ses effets sur la qualité du cadre de vie. L’eau, élément essentiel, le maintien de la diversité et de la qualité des milieux naturels représentent des enjeux de première importance.
La prise en compte de ces différents enjeux relève de la question de société qui doit être prise en charge collectivement par une adaptation des comportements individuels. La Réserve de biosphère doit être l’espace privilégié pour que chacun tente d’améliorer les conditions du « vivre ensemble ».

Si l’augmentation de la population apparaît comme une dynamique importante, il faut signaler son vieillissement, les variations à la baisse de l’emploi, l’augmentation de la pauvreté, des infrastructures de transport collectif peu efficaces et plus globalement des services publics en retrait. Tout ceci concerne de façon évidente la capacité du territoire à offrir à ses habitants des conditions de vie acceptables en termes d’emploi et de revenus, de logement et de services. Laboratoire du développement durable, la Réserve de biosphère doit se saisir de ces problématiques pour expérimenter des solutions en lien avec les attentes de la société.

Actions  

Imprimer

Les Trophées de la Réserve de biosphère

Ce concours est destiné à aider des personnes physiques ou morales qui mènent des projets concrets et participatifs mettant l’accent sur les relations entre l’homme et la nature au sein du territoire de la Réserve de biosphère. Une dotation de 1 000 € récompensera les 10 meilleurs projets.

Les projets locaux doivent s’inscrire dans les 5 catégories suivantes, correspondant aux enjeux prioritaires pour le territoire Luberon-Lure :

  • maintenir la diversité et la qualité des milieux naturels ;
  • développer l’écocitoyenneté ;
  • préserver les zones agricoles de la pression urbaine ;
  • favoriser une agriculture locale soucieuse de l’environnement ;
  • vivre et travailler dans la Réserve de biosphère (l’emploi, la qualité de vie, les services publics).

 

Les projets présentés doivent constituer des actions concrètes et participatives mettant l’accent sur les interactions entre l’homme et la nature dans le cadre des enjeux ci-dessus.

Les Trophées de la Réserve de biosphère sont ouverts uniquement aux personnes et organisations actives sur le territoire de la Réserve de biosphère Luberon-Lure : collectivités, établissements scolaires, associations, entreprises, particuliers, etc.

La remise des Trophées aura lieu lors de la fête de la biodiversité organisée à Sigonce en septembre 2012. Cette cérémonie sera l'occasion d'une médiatisation des réalisations des participants.

Les participants peuvent demander un dossier d'inscription à : Pierre Frapa ou le télécharger sur le site du Parc (cf ci-dessous). Date limite de dépôt des candidatures : le 15 juin 2012.

Plus d'informations

Sciences participatives

Dans le cadre du lancement d’un programme de Sciences participatives, la Réserve de biosphère Luberon-Lure et l’Office de tourisme municipal de Robion ont organisé conjointement d’octobre 2010 à juin 2011 un cursus de formation destinées au grand public sur le patrimoine naturel, sa connaissance, sa préservation, sa gestion, sa valorisation.

Il s’agissait de donner à de futurs « observateurs de la nature » des éléments et des arguments pour participer à différentes actions s’inscrivant en particulier dans le cadre du programme « Vigie nature » initié par le Muséum national d’histoire naturelle. Ces actions devraient se développer à partir de l’automne 2011 avec la collaboration des associations naturalistes locales et régionales volontaires.

De la ferme à ta cantine

En collaboration avec des organisations agricoles locales, il s’agit de développer l’approvisionnement des établissements de restauration collective (et notamment les cantines scolaires) avec des produits locaux de Haute-Provence et du Luberon, éventuellement d’origine agrobiologique. Ce programme comporte différents volets visant à identifier les agriculteurs susceptibles d’approvisionner les établissements, à former le personnel de cuisine et d’intendance à l’utilisation préférentielle des produits frais d’origine locale, à conduire des actions d’animation et d’information à l’intention des enfants et des parents.

Plus d'informations :

Jardiner sans pesticides, c’est possible

Au niveau régional, de nombreux cours d’eau sont concernés par la présence de produits phytosanitaires. Entre 2004 et 2007, 115 molécules différentes y ont ainsi été identifiées. La réduction de l’utilisation de ces produits est devenue une nécessité de santé publique.

Parmi les utilisateurs potentiels, les particuliers et jardiniers amateurs sont concernés et leurs pratiques doivent évoluer, à l’image des communes qui s’engagent à limiter les traitements chimiques. L’opération « Jardiner au naturel » vise à organiser une campagne de communication autour de la réduction de l’usage des phytosanitaires à destination des particuliers et élaborer une charte d’engagement des distributeurs qui acceptent d’afficher une information adaptée et claire dans les lieux de vente.

Il s’agit de lancer une action de promotion des solutions sans pesticides au jardin en agissant sur l’offre, par les jardineries qui s’engagent à développer leur gamme de produits sans pesticides, et à orienter au maximum les particuliers vers ces solutions et en agissant sur la demande, par une campagne d’information et de communication auprès des jardiniers amateurs sur les problèmes posés par les pesticides et sur les solutions plus naturelles au jardin.

Plus d'informations :

Energie solaire photovoltaïque dans le Luberon

La question énergétique et ses relations avec les problèmes de modifications climatiques font aujourd’hui l’objet d’une large prise de conscience dans le public. Dans ce contexte, les énergies renouvelables, et en particulier l’énergie solaire, bénéficient d’une notoriété importante et d’une image très positive auprès du grand public.

Dans ce contexte, les partenaires de la Réserve de biosphère ne peuvent qu’afficher leur volonté d’accompagner le développement du solaire photovoltaïque sur leur territoire. Si l’on considère que le devoir de ce territoire est de contribuer à la production d’énergie sous forme renouvelable, alors, bien évidemment, il faudra accepter la modification raisonnée des paysages et architectures traditionnelles.

Néanmoins, ce développement ne peut se réaliser sans quelques règles permettant de ne pas sacrifier le patrimoine régional. Les communes adhérentes du Syndicat mixte du Parc ont donc défini en 2007 une charte définissant les conditions d’implantation de et les installations. Parallèlement, un pré-diagnostic et une assistance technique au montage de dossier est proposé aux collectivités et aux projets collectifs.

Plus d'informations :

Diaporama

Imprimer

Chargement légende

A la découverte de la géologie du Luberon_PNR LuberonAgriculture_PNR LuberonDans la région de Vachères (Alpes de Haute-Provence)_PNR LuberonDans les falaises du Petit Luberon (Vaucluse)_PNR LuberonLe Rocher d’Ongles (rock of nails) and Montagne de Lure, Alpes de Haute Provence_PNR LuberonLes ocres de Roussillon (Vaucluse)_PNR Luberon
Les ocres de Roussillon (Vaucluse)_PNR LuberonLes pelouses sommitales du grand Luberon_PNR LuberonSaint-Symphorien émerge des arbres des Claparèdes (Vaucluse)_PNR LuberonUne Réserve naturelle géologique pour protéger un patrimoine paléontologique remarquable_PNR LuberonVendanges dans le pays d’Aigues (Vaucluse)_PNR LuberonVillage de Dauphin, Alpes de Haute Provence_PNR Luberon
Village de Dauphin, Alpes de Haute Provence_PNR Luberon