Présentation

Imprimer

Au sein des plateaux calcaires du Languedoc, le Gardon a creusé ses gorges sur une trentaine de kilomètres ondulant à travers le paysage méditerranéen de l’Uzège. Donnant son nom au département du Gard, la rivière prend naissance dans les vallées cévenoles. Elle traverse ensuite la plaine de la Gardonnenque, le massif karstique du nord de Nîmes et termine sa course en se jetant dans le Rhône.

La Réserve de biosphère des gorges du Gardon s’étend ainsi sur plus de 45 000 hectares mariant garrigues, plaines agricoles et yeuseraies, bordés par une agglomération de plus de 250 000 habitants.

Les gorges du Gardon constituent un haut lieu de la biodiversité dont les pouvoirs publics ont souhaité garantir la préservation en instaurant différentes mesures réglementaires dès les années 1980, telles que la classification du site selon la loi du 2 mai 1930 et une partie de celui-ci en Réserve naturelle régionale.

Structure de coordination : le Syndicat Mixte des Gorges du Gardon (SMGG)

Après plus de 20 ans de gestion, le Syndicat mixte des gorges du Gardon a concrétisé l’ambition d’obtenir une reconnaissance internationale pour la gestion de son territoire à haute valeur patrimoniale, via la récente désignation des gorges du Gardon en tant que Réserve de biosphère.

Fruit d’un travail collectif, cet engagement manifeste une volonté de la part de l’ensemble des acteurs, gestionnaires et usagers de préserver les gorges du Gardon en favorisant le développement équilibré de l’ensemble du territoire qui les protège.
En effet, en garrigue, Homme et espèces endémiques ont toujours été étroitement liés : pas de vie humaine sans la nature ; mais pas de diversité écologique sans une activité humaine pour maintenir les milieux ouverts indispensables à certaines espèces.

La Réserve de biosphère aspire à perpétuer la valorisation de ce lien Homme/Nature caractéristiquement fort dans les gorges du Gardon.

Nombre de communes26
Nombre d'habitants188 653
Superficie    45 501 ha
RégionsLanguedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
DépartementsGard
Date de création2015

Territoire

Imprimer
carte du territoire

La Réserve de biosphère des gorges du Gardon est au cœur d’un climat méditerranéen caractérisé par des étés chauds et secs et des hivers plutôt doux. Les sols issus de roches calcaires sont propices aux formations de chênes verts et kermès, d’arbousiers et autres espèces végétales xérophiles. Se dresse ainsi un paysage de garrigues – héritage des pratiques ancestrales (pastoralisme, écorçage, coupe de bois…) – parsemé de rocailles et sculpté par les méandres du Gardon.

La région fait face à des crues automnales spectaculaires aux conséquences parfois tragiques. Leur récurrence est amplifiée par le réchauffement climatique. La gestion des espaces naturels apparaît comme le premier moyen d’action susceptible d’atténuer la montée des eaux et de protéger les biens et les personnes.

Plus de 1700 espèces animales et végétales ont été inventoriées dans la Réserve de biosphère. Onze habitats naturels sont d’intérêt communautaire. Le site revêt une importance de premier ordre dans la conservation d’espèces remarquables et menacées : 10 % de l’effectif national de l’Aigle de Bonelli, menacé à l’échelle mondiale, y est présent. Plusieurs dispositifs règlementaires assurent la protection de ces espèces.

Si la diversité des paysages, habitats naturels et espèces inventoriées est exceptionnelle, le patrimoine bâti et culturel n’est pas en reste. En effet, le site comprend l’un des plus prestigieux monuments romains de France : le Pont du Gard, partie aérienne de l’aqueduc datant du Ier siècle, qui attire chaque année un million et demi de visiteurs.

Le caractère exceptionnel des gorges du Gardon attire chaque année un tourisme de masse, véritable levier économique local mais qui fait peser des risques sur les paysages et l’environnement. La gestion de la fréquentation constitue un des défis majeurs à relever pour les gestionnaires. 

L’activité agricole occupe 25% de la surface de la Réserve de biosphère et propose plusieurs types de productions : la viticulture, qui représente un tiers de la surface agricole utile, la céréaliculture, l’apiculture ou encore l’oléiculture. Les produits issus de ces filières font l’objet d’un ensemble de distinctions et labels, parmi lesquels : l’AOP « Huile d’olive de Nîmes », l’AOC « Duché d’Uzès », ou encore l’IGP « Coteaux du Pont du Gard ».
Ainsi, la qualité des produits du terroir et des savoir-faire ancestraux est significativement reconnue. Pourtant, la surface agricole utile a diminué de 11% en 10 ans.  Le maintien de ce secteur est essentiel car il contribue à la conservation des paysages et de la biodiversité.  

Actions  

Imprimer

 

Limiter les impacts de la fréquentation touristique de masse

Les actions mises en œuvre au sein de la Réserve de biosphère et qui constituent son plan de gestion, relèvent à la fois des programmes de gestion existants (OGS, DOCOB N2000, LIFE-Nature) pilotés ou coordonnés par le Syndicat mixte des gorges du Gardon (SMGG) mais aussi d’autres programmes ou opérations relevant de partenaires locaux : Agenda 21, Plan Climat Energie Territorial, Contrat de rivière, etc. 

Soutenir l'agriculture

Le SMGG porte deux gros projets en lien avec l’agriculture. Le premier consiste en la reconquête des milieux de garrigues dits « milieux pauvres » par le pastoralisme, dans le but de lutter contre la fermeture de ces espaces qui entraîne une perte de biodiversité, des risques élevés d’incendies ou encore la banalisation des paysage. Ainsi, au-delà des actions de débroussaillage, le Syndicat mixte a acquis quatre hectares afin de réaliser la construction d’une bergerie écologique et pédagogique, achevée en 2013 et dans laquelle est installé un troupeau de mouton. Afin d’étudier les effets du projet, les placettes de suivi de la végétation mises en place livrent des résultats favorables; aujourd’hui, 3000 brebis et 4 éleveurs sont présents sur le territoire.

Le deuxième volet d’actions concerne un territoire beaucoup plus vaste (100 000 hectares environ) sur lequel a été mis en place un projet agro-environnemental, dont l’objectif est d’allouer des subventions aux agriculteurs en contrepartie de leurs engagements environnementaux (respect de la biodiversité, gestion de l’eau, maintien des milieux ouverts…).

Plus d’informations :

Dispositifs de recherche et surveillance

Plusieurs opérations de monitoring sont en cours et seront reconduites à des pas de temps annuels ou plus espacés. Leurs objectifs sont variés. Elles permettent de suivre l’état de conservation de certaines espèces emblématiques (aigle de Bonelli, vautour percnoptère, grand Rhinolophe,…), de calibrer l’efficacité de mesures de gestion mises en œuvre, d’évaluer la dynamique de recolonisation d’espèces dont la présence n’était plus constatée depuis quelques années ou de mieux apprécier la fragmentation du paysage.
Le Syndicat mixte a mis en place à ce titre : 

  • un suivi floristique
  • un suivi chiroptérologique
  • un suivi de la loutre
  • un observatoire du paysage
  • un observatoire de la fréquentation

Ouverture d'une maison d'accueil du public

Le Syndicat mixte s’est donné pour mission d’ouvrir un nouvel espace permettant d’accueillir et de sensibiliser la population : la Maison du Grand Site. Dédiée aux richesses du territoire des gorges du Gardon, elle est équipée d’un ensemble d’outils pédagogiques, en particulier un espace muséographique de près de 150m², immersif, interactif et fonctionnel. Elle a ouvert ses portes le 27 juin 2015 et propose un programme d’animations en plus des visites thématiques existantes.
 

Plus d’informations :

Poursuivre la mise en place d’animations scolaires

Les animateurs du SMGG consacrent une part importante de leur travail aux écoles primaires avoisinantes, avec des programmes essentiellement destinés aux classes élémentaires, ainsi que quelques projets pédagogiques proposés aux maternelles. Ils reçoivent plus de 2500 scolaires chaque année. Ces travaux éducatifs s’inscrivent dans des thèmes profondément liés aux enjeux du territoire tels que : les rapaces, les chauves-souris, la garrigue, la rivière, le patrimoine bâti ou encore la préhistoire. Dans le cadre de la récente désignation des gorges en Réserve de biosphère, ces animations tendent à valoriser davantage l’interaction Homme/Nature. 

Plus d’informations :

Diaporama

Imprimer

Chargement légende

Méandres de Yerle_©SMGG/Guy DerivazLa Baume Saint Vérédème_©SMGG/Guy DerivazLe Pont du Gard_©Thierry VezonAigle de Bonelli_© David LacazeCastor d'Europe_©Thierry VezonVue aérienne des gorges du Dardon_©Regard du vivant
Vue aérienne des gorges du Dardon_©Regard du vivantAsphodèle_©SMGG/Gardon l'imageZygène du trèfle_©SMGG/Guy DerivazBouc du Rove_©SMGG/Gardon l'imageAnimation pédagogique : observation des oiseaux_©SMGG/Aloÿse MendozaSpéléologie_©SMGG
Spéléologie_©SMGGSculpture représentant Nimeño II, à proximité des arènes de Nîmes_©SMGG/Céline BoulmierDuché d'Uzès_©SMGG/Gardon l'imageOlives AOC picholines_©SMGG/Gardon l'imageStage pour apprendre la technique de la pierre sèche_©SMGG/Daniel Munck