Présentation

Imprimer

Entre le fleuve Rhône et la mer Méditerranée, la Réserve de biosphère de Camargue couvre l'ensemble du delta biogéographique du Rhône, depuis sa révision effectuée en 2006. Zone naturelle immense, elle se situe entre deux régions très densément peuplées aux portes des agglomérations de Montpellier, Nîmes, Arles et Marseille et du site industriel de Fos-sur-Mer.
Paysage essentiellement horizontal, la Camargue présente pourtant de nombreux bombements sources de diversité : bourrelets alluviaux des bras anciens et actuels du Rhône et cordons dunaires élaborés par les courants marins et les rivages historiques de la Méditerranée. Entre ces replis encore en partie boisés, dans les dépressions, se répartissent des terres basses occupées par les lagunes bordées de steppes salées, les marais à roselières en partie exploités pour la coupe du roseau et les étangs - dont le plus grand, le Vaccarès, occupe 6 500 hectares .
La teneur en sel du sol et des eaux, les fortes variations des conditions d'inondations et les caprices du climat méditerranéen conditionnent la richesse biologique du delta du Rhône.
Les paysages agricoles de la Camargue sont composés de prairies humides et sansouïres dédiées à l’élevage des taureaux et chevaux, d’anciens marais convertis en rizières, de lagunes aménagées pour l’exploitation du sel et de cultures maraichères et viticulture sur les cordons dunaires. Le maillage hydraulique nécessaire à cette agriculture est omniprésent. Il conditionne la gestion de ces zones agricoles et de manière indirecte celle des milieux naturels adjacents.


Structure de coordination : Parc Naturel Régional de Camargue (PNRC) et Syndicat Mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise (SMCG)


De nombreux gestionnaires, usagers, organismes de recherche, administrations interviennent à différents titres sur l’ensemble de la Camargue. La Réserve de biosphère constitue un cadre pour des actions concertées à l’échelle du delta entier. Le Comité de gestion et le Comité technique (composés des partenaires et acteurs du territoire) ainsi que le Conseil scientifique (impliquant les chercheurs de la zone) en sont les instances.

Nombre de communes17
Nombre d'habitants110000 à 220000 (en été)
Superficie    193000 ha
RégionsProvence Alpes Côte d'Azur, Languedoc-Roussillon
DépartementsBouches du Rhône, Gard
Date de création1977, révisée et élargie au Gard en 2006

Territoire

Imprimer
carte du territoire

Les hommes qui ont œuvré en Camargue durant les siècles passés sont parvenus à maintenir une grande diversité spatio-temporelle de milieux naturels cultivés ou aménagés.
L’enjeu est de préserver ces milieux au regard de l’évolution du foncier et de la démographie, des nouvelles pratiques de loisir, de l'avenir de l’élevage extensif, de l'agriculture et saliculture, et du redéploiement des activités industrielles du port de Fos situé à sa toute proximité sud-est.
La préservation des 300 espèces d’oiseaux (75 % des espèces d'oiseaux recensées en France) migrateurs ou semi-sédentaires, dont certaines particulièrement menacées, en dépendent.
Leurs habitats résulteront de l’équilibre entre milieux naturels ou exploités à des fins économiques ou de loisir.
Ainsi la riziculture comme la saliculture conditionnent l’entretien de nombreux canaux, et constituent de manière directe ou indirecte des biotopes importants pour certaines espèces.

Ame culturelle du delta du Rhône, l’élevage extensif des taureaux et chevaux de race Camargue est pratiqué sur les terres humides « hautes » du territoire, en adaptation complète au caractère des milieux « sauvages » de la Camargue. Les milieux pâturés sont le support d’une importante biodiversité nécessitant le maintien d’espaces ouverts.
La pratique de la chasse est une des activités fondatrices de l’identité de ce territoire. Elle maintient le lien entre l’homme et la nature, son amour du marais et sa volonté de préserver et transmettre cette nature. Elle constitue également une ressource économique importante pour le maintien des zones humides dans les grands domaines privés. La pêche comme la sagne (exploitation du roseau) sont également des ressources qui peuvent être exploitées durablement si le milieu naturel reste de qualité.
Au même titre que l’élevage extensif, ces activités à la fois culturelles et économiques sont donc des indicateurs de la bonne santé du delta qu’il convient de maintenir dans un juste équilibre.

Le tourisme de découverte est en plein essor. C’est également un moyen de valoriser les zones humides et donc une alternative à d’autres modes d’exploitation économique moins intéressants d’un point de vu patrimonial. Il s’agit donc d’accompagner ce mouvement afin de conserver la qualité des sites visités au bénéfice des visiteurs, des habitants et de la nature.

Cette volonté de maintenir l’équilibre homme nature se traduit par la mise en place de programmes de contractualisation avec les acteurs économiques du territoire (mesures agri-environnementales et chartes Natura 2000, labels et engagements volontaires) et parallèlement de programmes de conservation sur des espaces naturels protégés (réserve naturelle nationale, régionales ou espaces naturels sensibles départementaux et propriétés du conservatoire du littoral)

Actions  

Imprimer

Les Trophées de la Réserve de biosphère

Un concours qui récompense des projets concrets, participatifs et innovants mettant l’accent sur les relations entre l’homme et la nature sur le territoire du Delta du Rhône.

A travers ces Trophées, la Réserve de biosphère de Camargue apporte son soutien à des initiatives et des projets exemplaires visant à une prise en compte des grands enjeux identifiés sur son territoire (diversité et qualité des milieux, gestion de l’eau, savoir-faire et savoir vivre en Camargue). Les projets doivent porter sur des actions concrètes menées sur le territoire par des collectivités, des écoles, des associations, des entreprises, des particuliers… En plus d’offrir une véritable vitrine de reconnaissance et une bonne visibilité des projets soutenus, les projets lauréats, désignés par un jury de personnalités locales, reçoivent chacun 1000 € pour leur bonne mise en œuvre. Ce concours est l’occasion de développer la connaissance et l’appropriation de la Réserve de biosphère par les acteurs du territoire en valorisant leurs actions tout en les accompagnant dans l’amélioration continue de leurs pratiques en faveur du développement durable. 

La Charte d’engagement des éco-acteurs de la Réserve de biosphère

Une participation et un engagement volontaire des acteurs locaux vers plus de durabilité

La Charte d’engagement a pour but de faire partager et reconnaître les valeurs du territoire, tant sur le plan de ses richesses patrimoniales que sur celui de l’engagement des éco-acteurs dans les principes du développement durable et du respect des ressources naturelles. La charte permet de faire profiter aux acteurs du territoire de l’image positive véhiculée par le programme Man and Biosphère (MaB) de l’UNESCO. Pour être reconnu et bénéficier des effets de cette démarche, la notion de progrès doit guider les engagements de chacun, l’attachement au territoire doit être bien réel afin d’en défendre ses valeurs, tout comme la volonté de partager et de confronter ses expériences et ses idées avec une diversité d’acteurs. La Charte valorise les démarches de labellisation et de progrès existantes à ce jour ; le réseau des acteurs du Tourisme durable du Parc naturel régional de Camargue, le réseau des ambassadeurs du patrimoine « Biodiversité et Paysages » du Syndicat Mixte de la Camargue Gardoise notamment, en capitalisant leurs expériences et en créant du lien entre toutes ces démarches parallèles.

Assurer le suivi scientifique de la Réserve de biosphère

Le comité scientifique de la Réserve de biosphère propose de rassembler dans un observatoire commun à l’ensemble du delta des paramètres et indicateurs simples et suffisamment pertinents pour mesurer les évolutions de la Camargue à travers différentes thématiques (biodiversité, eau, activités humaines, littoral…). Six ateliers de réflexion ont été créés avec pour chacun un animateur. Ce projet pourrait trouver un financement dans le cadre du volet qualité-ressources-biodiversité du contrat de projet interrégional Plan Rhône.

A noter que de très nombreux organismes scientifiques travaillent sur la Camargue. L’enjeu est ici de rassembler (ou produire) quelques indicateurs de référence à l’échelle de la Réserve de biosphère en lien avec la biodiversité ou révélateurs de son état général.

Présenter la Réserve de biosphère

Mieux c​onnaître la réserve de biosphère de Camargue

Un recueil de 15 cartes commentées, réunies en un petit atlas permet de comprendre l’essentiel de la Réserve de biosphère : zonage, évolution du littoral, inondations, fonctionnement hydraulique, milieux naturels, activités humaines et occupation du sol. Coédité par le PNR de Camargue (PNRC) et le SM Camargue gardoise (SMCG) , il est disponible sur demande pour des actions pédagogiques et en vente dans les sites d’accueil du public.

Camargue vue du Ciel, point de vues sur une réserve de biosphère.

Cette exposition photographique de Jean Roché présente le Delta du Rhône depuis le ciel. Elle accompagne l’ouvrage « Camargue Land’Art ; la Camargue vue du Ciel » (édition Actes sud) présente le territoire à travers ses caractéristiques singulières que sont les rapports entretenus entre l’homme et la nature et les paysages qui en résultent. Itinérante, elle est présentée dans les communes de la réserve de biosphère et au delà.

Sensibiliser le public scolaire et les visiteurs

En partenariat avec la Fédération Française de Course Camarguaise, des animations scolaires sur le thème de la course camarguaise et du rôle des manades dans le maintien de la biodiversité sont proposées aux collégiens de la Réserve de biosphère. De nombreuses autres animations ou visites guidées sont proposées aux scolaires ou au grand public.

Accompagner les projets agri environnementaux

Une part assez conséquente du territoire de la Réserve de biosphère est inscrite au réseau NATURA 2000 des sites européens de grande valeur environnementale. Les structures de coordination de la Réserve de biosphère portent et animent l’élaboration et la mise en œuvre des documents d’objectifs.
Ils accompagnent également les opérations de contractualisation entre les agriculteurs et l’Etat sur la base de cahiers des charges spécifiques. Ainsi, éleveurs, riziculteurs, viticulteurs, exploitants de roselières et de marais salants se sont engagés dans des contrats Natura 2000, des mesures agri environnement et/ ou des chartes.

Diaporama

Imprimer

Chargement légende

Roselière partiellement exploitée pour la sagne_Syndicat Mixte Camargue GardoisePêcheur sur un étang de Camargue_©Syndicat Mixte Camargue GardoiseTaureau de camargue_Syndicat Mixte Camargue GardoiseAnimation avec les scolaires_Syndicat Mixte Camargue GardoiseCoupe de la sagne_Syndicat Mixte Camargue GardoiseRizière en eau_P.Daniel – PNR Camargue
Rizière en eau_P.Daniel – PNR CamargueCamelle dans les marais salants d’Aigues-Mortes_J.E. Roché - PNR CamargueChevaux de Camargue aux Saintes-Marie-de-la-Mer_OPUS SPECIES – PNR CamargueEnvol de flamants roses_E. Vialet – PNR CamargueMas de Beaujeu en bord du Rhône_J.E. Roché – PNR CamargueMéandre du Rhône aux Saintes-Marie-de-la-Mer_J.E. Roché - PNR Camargue
Méandre du Rhône aux Saintes-Marie-de-la-Mer_J.E. Roché - PNR CamargueSalins vue du ciel_E. Vialet – PNR Camargue